7 GERMINAL – Jour du Bouleau

Agenda républicain

Septidi. 7 GERMINAL

Jour du Bouleau.

Septidi. 7, Bouleau arbre dioique, dont les chatons mâles naissent en automne et s’ouvrent au printemps pour féconder les fleurs femelles qui alors se développent ; il y en a plusieurs espèces.

La plus connue est le bouleau blanc ; on l’a ainsi nommé de la couleur de son écorce. Il a les semences anguleuses, les feuilles ovales et finement dentées. Cet arbre vient assez haut quand on le laisse croitre, et n’est qu’un arbrisseau quand on le tient en taillis. Il sert à une infinité d’usage. Son écorce extérieure peut entrer dans le tan ; elle donne une couleur rouge, dont les Lapons teignent leurs filets ; ils en réunissent aussi les grandes plaques pour s’en couvrir. Les Canadiens en fabriquent des pirogues ; en Suède on en couvre les maisons, et on en fait des bouteilles. La résine dont elle est remplie l’empêche de se corrompre, et les habitans des Alpes en font des torches. L’écorce interne sert également à tanner : elle repousse trois fois ; conservée, elle acquiert de la dureté, et on en fait des souliers et des vestes. Les Kamstchadales coupent cette écorce encore tendre en petits filets, et la mangent avec ce mêlange d’oeufs de poisson, qu’ils appellent Caviar : C’est l’occupation des femmes ; enfin on croit que les anciens s’en servoient pour écrire dessus avec un poinçon. Vers le printemps cet arbre donne par incision une liqueur légèrement acide et agréable, meilleure quand elle est fermentée, et qui peut se conserver une année dans des bouteilles bien bouchées ; un seul rameau fournit souvent en un jour plusieurs livres de cette liqueur ; les bergers s’en désaltèrent quelquefois ; on la vante contre le calcul, et pour enlever des taches de rousseur. Le bois est blanc et dur ; on en fait des manches d’outils, des sabots, et toutes sortes de vases ; son charbon est excellent pour les forges, la poudre à canon et les dessinateurs. Les feuilles donnent une couleur jaûne, ls branches de celui qu’on élève en taillis servent à faire des cerceaux, des ouvrages de vannerie, des liens et des balais.

Les feuilles du bouleau noir donnent une plus belle couleur jaûne. Le bouleau nain croit en Laponie, en Suisse, et devroit être multiplié dans nos montagnes à cause de ses usages. On fait aussi des balais avec ses branches ; les bestiaux aiment beaucoup ses feuilles et ses jeunes branches ; le Lagopède, le Lemming et le Renard blanc s’en nourrissent. Nous avons encore en France une espèce de bouleau intéressante ; voyez Aulne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s