14 Nivôse – Jour du Grès

Agenda républicain

Quartidi 14 Nivôse

Jour du Grès.

Quartidi 14, Grès. On appelle terre siliceuse, une terre qui, comme toutes les autres terres primitives, ne se rencontre jamais pure, mais qu’on obtient des pierres siliceuses en les pulvérisant et en la séparant, par des moyens chimiques, des autres substances qui y sont mêlées. Cette terre forme différentes variétés de pierres selon ses différentes combinaisons ; unie avec plus ou moins de terre argilleuse et de terre calcaire, elle produit le quartz, le crystal de Roche, et le grès.

Le grès a un caractère très-distinctif, c’est d’être composé de petits grains, plus ou moins fins, de différentes figures, le plus souvent arrondis, et plus ou moins liés ensemble ; sa casure est grenue, comme celle de toutes les pierres quartzeuses et siliceuses ; il étincelle sous le briquet, et il est plus ou moins dur, selon la force d’adhésion de ses parties. On en connoît plusieurs variétés, utilement employées dans les arts.

Le grès dur ; il est en grandes masses, on l’exploite en morceaux cubiques ; on s’en sert pour paver les routes, et pour bâtir ; la carrière la plus considérable de ce grès est dans la montagne d’Etampes. Le grès tendre ; les rémouleurs des rallandiers, les couteliers en font des roues pour éguiser leurs outils. Le grès du levant ; son grain est extrêmement fin, il est très-tendre, mais il se durcit en l’impregnant d’huile et sert à repasser les canifs ; on en trouve près de Morlaix. Le grès poreux ; d’une couleur grise et brune ; ses molécules sont assez peu serrées pour donner passage à l’eau, en retenant les impuretés qui y sont mêlées ; on l’appelle pour cette raison grès à filtrer ; on le trouve aux îles Canaries et au Mexique.

Lorsque la terre calcaire devient trop abondante, elle influe sur la nature du grès ; il prend alors les différentes crystallisations affectées à la terre calcaire ; telle est l’origine du grès cubique et Rhomboïdal de Fontainebleau, du grès en chou-fleur, en Stalagmite, en boule, etc.

Le sable est un composé de fragmens de quartz, de grès, et de silex ; quand ces fragmens ont été peu roulés par les eaux c’est le sable angulair, s’il l’ont été beaucoup, c’est le sable arrondi ; le sable de rivière qu’on étend sur les allées des jardins, est de cette nature. Si ces fragments sont très-fins et très-mobiles, à cause de leur forme ronde, ils constituent le sable mouvant, le sable fluide.

Le sable sert à filtrer les eaux, à entretenir les allées sèches dans les promenades ; il donne de la dureté au ciment et à la brique ; fondu avec la soude, il forme la couverte de la fayance et le verre. On se sert du sable fin, ou sablon, pour nétoyer les vases de métal. Il s’échauffe facilement, et on l’employe pour préparer différentes liqueurs, et pour sécher des plantes aux baies de sable.

Le sable se trouve quelquefois mélangé, celui qui est mêlé avec l’argille se nomme sable des fondeurs, parce qu’il leur sert à faire des moules ; on en trouve près de Paris, à Fontenay-aux-Roses. Si le sable est mêlé à quelques parcelles de métal, il s’appelle selon la nature de ce métal, sable cuivreux, sable ferrugineux, sable aurifère ; le métal que le sable contient est toujours indiqué par sa couleur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s