Archives du mot-clé jour du raifort

Jour du raifort

Agenda républicain

Aujourd’hui 2 décembre 2017, nous sommes aussi le 12 frimaire 226. Jour du raifort.

C’est la racine d’une plante crucifère, la silique est articulée et terminée par une corne arrondie.

On cultive cette plante pour sa racine qui se sert au commencement du dîner afin d’exciser l’appétit ; les botanistes l’appellent radix cultivé ; on le nomme vulgairement raifort cultivé ou raifort des Parisiens.

Il faut bien distinguer cette plante de celle appelée improprement raifort sauvage qui est une espèce de cochléaria.

Raifort dans l’encyclopédie du grand Diderot

raifort 12 frimaire

RAIFORT, s. m. (Hist. nat. Botan.) raphanus, genre de plante à fleur en croix, composée de quatre pétales. Le pistil sort du calice, & devient dans la suite un fruit ou une silique en forme de corne, épaisse, & d’une substance spongieuse, qui renferme deux rangées de semences arrondies. Ces rangées sont séparées l’une de l’autre par une pellicule très-mince. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Les racines du raifort sont assez longues, blanches en-dedans, d’un rouge vif en-dehors, & d’un goût moins piquant que le radis ; mais pour décrire cette plante en botaniste, il faut nécessairement abandonner les mots du vulgaire, & se servir des termes de l’art : ainsi, pour instruire le lecteur, nous le renvoyons au mot latin Raphanus, & au mot françois Rave ; car dans Paris même on confond le raifort avec la rave. (D. J.)

Raifort d’eau, (Botan.) espece de cresson ou de sisymbrium. Voyez Sisymbrium, Botan.

Raifort sauvage, (Diet. & Mat. méd.) grand raifort, grand raifort sauvage, cram, mouterdelle ; les feuilles de cette plante sont en usage en Médecine, mais sa racine l’est beaucoup davantage. Les gens de la campagne mangent cette derniere partie dans plusieurs pays. Elle est si âcre qu’il n’y a que les estomacs les plus forts, & les tempéramens les moins irritables à qui elle puisse convenir comme véritable aliment. On la rape dans plusieurs provinces d’Allemagne, & l’on en fait une espece d’assaisonnement pour les viandes, dont on se sert comme nous faisons de la moutarde ; aussi cette racine est-elle connue sous le nom de moutarde des Allemands. On emploie plus communément le raifort sauvage à titre de remede. Cette plante qui est de la classe des cruciferes de Tournefort, est une des celles dont l’alkali volatil spontané est le plus abondant & le plus développé ; elle tient par conséquent un rang distingué parmi les anti-scorbutiques alkalins. Elle est parfaitement analogue non-seulement quant aux qualités absolues, mais même quant au degré d’activité, au cochlearia. Elle est plus forte que le cresson, que la passerage, & même que la moutarde. Voyez tous ces articles, & sur-tout Cochlearia. On retire comme de cette dernière plante, des feuilles & des racines du raifort sauvage une eau distillée qui a aussi les mêmes vertus. Cette eau distillée est d’ailleurs éminemment recommandée comme un puissant diurétique. Sa dose ordinaire est d’environ quatre onces. On la mêle, selon les indications, avec du petit lait, avec du vin blanc, avec un bouillon, ou avec un aposème approprié. Le suc de la racine donné de la même manière & à la même dose est encore meilleur. Ces remèdes sont regardés comme une sorte de spécifique contre l’hydropisie & le rhumatisme, & ils réussissent en effet assez souvent dans le traitement de ces maladies. On les donne aussi avec succès dans l’asthme humide, & dans toutes les affections vraiment catharrales de la poitrine. On peut corriger le goût piquant du suc, & châtrer ou modérer son activité, en le réduisant sous forme de sirop, qu’on doit préparer par le bain-marie, comme le sirop anti-scorbutique de la pharmacopée de Paris dont cette racine est un ingrédient.

La racine du grand raifort sauvage entre encore dans la composition du vin anti-scorbutique, de l’eau antiscorbutique & de l’eau générale de la pharmacopée de Paris. Les feuilles & les racines entrent dans l’emplâtre diabotanum. (b)

Raifort, (Diete & Mat. médic.) raifort cultivé ou des jardins, rave des Parisiens, raifort ou rave des Parisiens rouge, raifort blanc, gros raifort blanc du Languedoc, où il est appelé rabé de segairé, c’est-à-dire, rave ou raifort de Meissonneur, radis blanc & radis noir.

C’est à une seule espece de plante qu’appartiennent les différentes racines désignées par ces différens noms ; elles ne sont que des variétés de la racine de raifort cultivé : les unes & les autres ont outre ces différences prises de leur forme & de la couleur de leur peau, d’autres variétés aussi accidentelles, fondées principalement sur leur diverse grosseur, sur la différente vivacité de leur goût, & enfin sur ce que leur tissu est plus ou moins dense, plus ou moins fibreux, plus ou moins succulent, fondant ou rempli d’eau ; mais tout cela ne met que très-peu de différences réelles entre les qualités diététiques & médicamenteuses de toutes ces racines, on peut les considérer comme une seule & unique matiere.

Le raifort tendre, tel qu’il est toujours quand il a été cultivé dans un terrein léger & assidument arrosé, & qu’on le cueille avant qu’il ait poussé sa tige, est un aliment très-agréable qui réveille par son goût vif l’appétit & le jeu des organes de la digestion, en même tems qu’il imprime à tous ces organes un sentiment de fraîcheur très-agréable par l’abondance de son eau ; c’est un alkali volatil spontané qui constitue le piquant de son goût : mais ce principe étant noyé dans une très-grande quantité d’eau, ne produit l’effet échauffant qui lui est propre que dans les sujets les plus sensibles, ou lorsqu’on mange des raiforts avec excès, sans les mêler avec d’autres alimens, ou enfin lorsqu’on mange ceux qui sont les plus piquans, ou ce qu’on appelle vulgairement les plus forts. Ces derniers ne sont bons que pour les estomacs vigoureux des paysans & des manœuvres ; mais tout bon estomac d’un sujet ordinaire de tout âge & de tout état digere très-bien plusieurs douzaines de petites raves de Paris, où elles sont douces & d’ailleurs excellentes, sur-tout lorsqu’on les mange pendant le repas, en les entremêlant avec les alimens ordinaires. Celles-là même pourroient plutôt nuire comme crudité aux estomacs foibles qui craignent les crudités, elles ne sont pas propres non plus aux personnes qui sont très-sujettes aux coliques venteuses ; le raifort est réellement un peu venteux.

L’usage des raiforts entiers, c’est-à-dire mangés à l’ordinaire, peut être regardé au contraire comme vraiment médicamenteux, & très-utile pour aider la digestion dans les estomacs paresseux & sujets aux congestions de sucs acides, par exemple, chez les mélancoliques : cet aliment est encore éminemment propre aux scorbutiques. Voyez Scorbut.

Le suc de raifort cultive est un diurétique des plus éprouvés, qu’on emploie fort communément & avec succès toutes les fois que les puissans diurétiques sont indiqués, dans le traitement de l’hydropisie, les affections des voies urinaires, de l’asthme, &c. la dose ordinaire est de trois à quatre onces prises le matin à jeun pendant quelques jours consécutifs. On édulcore quelquefois ce suc avec le sucre, ou quelque sirop approprié, & principalement lorsqu’on l’ordonne contre l’asthme.

On pourroit retirer par la distillation une eau & un esprit de raifort qui seroient fort analogues quant à leurs vertus absolues, aux mêmes produits du cochlearia, du cresson, du raifort sauvage, &c. mais comme ceux du raifort seroient très-inférieurs en degré de concentration, & par conséquent d’activité à ces dernieres substances, qu’on peut d’ailleurs affoiblir au besoin autant qu’on veut, on n’emploie point ordinairement l’eau ni l’esprit de raifort.

Les semences de raifort s’emploient aussi quelquefois en Médecine, mais fort rarement ; elles contiennent les mêmes principes médicamenteux que la racine ; mais comme ces semences sont peu succulentes, il faut les écraser dans de l’eau, ou dans une liqueur aqueuse, les y laisser macérer pendant une heure, & les exprimer ; la liqueur qui provient de cette opération équivaut à-peu près au suc de la racine.