Archives du mot-clé calendrier républicain

Jour du Genièvre – 9 frimaire

Aujourd’hui, nous sommes le mercredi 29 novembre 2017; c’est également le 9 Frimaire 226 dans le calendrier républicain, c’est donc le jour du genièvre.

Jour du Genièvre.

C’est le fruit du Genevrier, arbrisseau bien connu et qui croit sauvage ou cultivé dans toute l’Europe ; son tronc s’élève à la hauteur de cinq ou six pieds ; les fleurs sont dioïques, les mâles et les femelles vivent sur des individus différens ; elles forment des chatons auxquels succèdent des baies sphériques qu’on nomme genièvre ou grains de genièvre.

Les Allemands font entrer ces baies dans divers assaisonnemens ; on en fait un vin appellé vin de genièvre, et un ratafiat cordial ; on brûle ses baies pour chasser la mauvaise odeur ; ce bois tendre et léger est d’une belle couleur rouge, les ébénistes en font de jolis petits ouvrages, son écorce est bonne à faire des cordes, son charbon brûle longtems, il en découle une résine recherchée par les fourmis.

Juniperus communis XL

Il y a une variété de genevrier plus élevée qu’on cultive dans les pays chauds ; son bois peut servir pour les constructions ; on en retire une résine qui, dissoute dans l’esprit de vin, fait un beau vernis blanc, et réduite en poudre sert à polir le papier gratté.

Cette substance est connue sous le nom de sandaraque.

L’encens est le produit d’une espèce de génevrier qui croît en Arabie ; et qu’on appelle le génevrier hurifère.

1 thermidor - jour de l'epeautre

Primidi 1 thermidor – Jour de l’Épeautre

Agenda Républicain

Primidi 1 thermidor

Jour de l’Épeautre

Espèce de froment qu’on appelle aussi froment locar, on la cultive dans les pays rudes et montagneux. Son grain sert à faire de la bière et du pain ; sa farine est fort belle et de bon gout ; les balles se séparent difficilement du grain ; il faut faire usage d’une machine particulière : ces balles, mêlées à un peu d’avoine, se substituent très bien à la paille d’avoine, et sont une bonne nourriture pour les chevaux ; elle fait d’excellentes paillasses pour les enfants, dont elle absorbe l’urine mieux que ne fait la paille ordinaire.

thermidor

Thermidor

Agenda républicain

Thermidor

Le mois de la chaleur

Ce mois prend son nom du mot grec Thermos, chaleur à cause des chaleurs qui se font sentir à cette époque. Le principe de cette sensation est dû à un corps que les chimistes appellent calorique, et qui existe indépendamment de la lumière à laquelle il est cependant le plus souvent combiné. Quand l’atmosphère qui nous environne est très chargée de calorique, et qu’ainsi cette matière est appliquée à notre corps plus abondamment qu’il n’en contient, notre système s’échauffe et il existe pour nous de la chaleur.

Cette matière en pénétrant tous les corps, écarte leurs molécules, les dilate et fond les solides c’est ainsi, comme nous l’avons vu, que l’eau solide, la glace, se convertit en une eau liquide; les fluides eux-mêmes deviennent invisibles sous la forme d’air. Quant au contraire vers le mois Frimaire, des matières moins élevées en température que notre corps lui sont appliquées, nous éprouvons du froid, parce que nous perdons nous-mêmes, du calorique.

Le mois Thermidor et celui où l’air est le plus chargé de calorique. Les fluides s’élèvent en forme, de gaz ils se condensent ensuite dans la région supérieure et forment les nuages. Quelquefois au moyen de l’étincelle électrique, il s’opère une combustion subite de deux de ces gaz, le gaz hydrogène et l’air vital : les détonations atmosphériques, les coups de tonnerre en sont la suite ; l’eau se forme alors et il tombe une pluie rapide. Si elle vient à traverser dans une région ou le calorique soit en petite quantité elle perd le sien et en passant à l’état de solide devient une grêle plus ou moins forte, ce qui a lieu quelquefois dans les mois les plus chauds de l’été.

Les couleurs noires absorbent la lumière et le calorique qui lui est combiné ; le blanc au contraire, la réfléchit ; aussi cette couleur est-elle plus favorable pour défendre des grandes chaleurs. Il y a des pays où la chaleur est excessive, d’autres où elle est plus tempérée. Nos départements méridionaux sont les contrées de la France où elle est la plus forte.

On a imaginé pour mesurer les différents degrés de chaleur de l’atmosphère, un instrument appelé Thermomètre.

Annuaire républicain par Eleuthérophile Moulin (Millin de Grandmaison)

En complément de l’agenda républicain, je vous propose de mettre en ligne une notice explicative extraite de l’ouvrage écrit par le susmentionné : l’honorable Millin de Grandmaison. Honorable, car hormis l’ouvrage présent qui sera quelque peu rénové, il fut l’un des instigateurs de l’inventaire des monuments historiques de France. Car tout en voulant séparer l’État, l’instruction publique des cultes, il voulait mettre en valeur cet héritage sur lequel la république pourrait se construire sainement et de manière éclairée.

On en recentre en effet dans tous des traces de royalisme, de féodalité et de superstition, plus propre à énerver les jeunes âmes qu’à les former aux vertus républicaines. J’en ai senti depuis longtemps le vice, sous ce rapport, et je m’occupe de quelques-uns sur les deux parties de l’enseignement que j’ai le plus étudiées, les antiquités et l’histoire naturelle. Mes principes à cet égard m’ont paru surtout applicables à un travail sur l’annuaire Républicain.

La réforme du calendrier est une des opérations les plus philosophiques de toutes celles qui ont signalé depuis quelques mois, la sagesse et l’énergie de la convention nationale. On ne pouvait pas ajouter à une pensée plus grande que celle de réformer l’ère, et de diviser les mois en décades ; une idée plus ingénieuse que celle de substituée des noms qui nous instruisent en tout ce qui sert à la vie commune et aux besoins de l’humanité, à ceux des tyrans, des moines, des brigands et des imbéciles canonisés par Rome, et sur la vie desquels des légendaires imposteurs ont écrit les contes les plus absurdes et les plus dangereux.

Les différents rapports du comité d’instruction publique ont trop bien fait sentir tous les avantages de cette institution pour qu’il soit nécessaire de les développer.

Les pères et mères de famille, ceux qui tiennent des écoles publiques ou privées, ont eu jusqu’ici pour habitude de faire apprendre chaque jour aux enfants des fragments de la mythologie hébraïque ou catholique, et de leur lire la vie des imposteurs et des fanatiques que les hagiographes avaient presque déifiés. Ils remplissaient ainsi leur mémoire de récits ridicules qui n’avaient pas, comme les fables ingénieuses de la mythologie des Grecs, le mérite de l’enrichir d’images vives et riantes. Ces ouvrages mystiques leur laissaient une impression que la raison la plus exercée ne pouvait quelquefois effacer. Ils les habituaient ainsi à vivre sous le joug des préjugés, pour qu’ils ne pussent échapper à l’empire des prêtres.

j’ai pensé qu’un ouvrage élémentaire qui présenterait sur les productions et les instruments, dont chaque jour de l’annuaire porte le nom, une explication claire, exacte et précise, serait une substitution heureuse aux traités mystiques et aux légendes qu’il offrirait un moyen facile d’instruction aux jeunes citoyens et rappellerait à l’homme formé des faites qu’il peut avoir oublié.

Il suffira de faire lire chaque jour aux enfants l’article qui lui correspond pour qu’ils aient acquis facilement à la fin de l’année les notions les plus importantes de physique, d’histoire naturelle et d’économie rurale. On pourra dans les écoles faire cette lecture en commun, et le lecteur y ajoutera lui-même ce qu’il jugera nécessaire, selon les temps et les localités.

Une simple définition eut été trop sèche, une description détaillée, aurait trop grossi le volume. J’ai tâché de ne donner sur chaque objet que ce qu’il y a de plus utile et de plus curieux à savoir; de manière cependant que les divers articles formassent ensemble un petit corps d’instruction aussi complet que l’espace et le sujet l’ont pu permettre. Après avoir vu tous les articles dans leur série chronologique, l’instituteur ou le parent pourront les faire reprendre à l’élève dans un ordre naturel. Celui qui voudra connaître tout ce qui a rapport à la fabrication du pain lira dans l’ordre suivant les articles blé, seigle, épeautre, orge, terre végétale, fumier, charrue, herse, rouleau, messidor, faucille, chariot, fléau, van, moulin; celui qui désirera s’instruire de la vinification, ou de l’art de faire le vin, lira de suite les articles, raisin, houe, vendémiaire, cuve, pressoir, tonneau, pomme, poire, orge, houblon. Les articles germinal, floréal, fructidor, fougère mousse champignon lichen, et les noms des différents végétaux, donneront quelques idées de botanique. On trouvera des notions de physique générale dans les articles, ventose, nivose, pluviose, thermidor, et de minéralogie dans tous les noms des jours du mois de nivose, ainsi du reste.

La table alphabétique des jours servira à trouver les articles dopnt on aura besoin; et celui qui voudra faire cette opération les rangera dans l’ordre le plus convenable.

Il n’a pas été possible de donner le caractère distinctif de chaque substance, parce que cette définition aurait supposé d’autres connaissances, et demandé beaucoup d’espace. Je me suis principalement attaché aux usages généraux et particuliers de ces différentes substances, et à indiquer les préparations qu’elles subissent pour entrer dans le commerce et dans les arts. Ces idées élémentaires suffiront pour faire désirer aux jeunes républicains des connaissances plus approfondies: il est impossible de toucher le seuil du temple de la nature, sans désirer d’y pénétrer.

Je m’estimerais heureux, si cet ouvrage peut concourir à des institutions dignes d’un peuple pensant, et contribuer à la propagation des principes républicains.

Eleuthérophile Moulin alias Millin de Grandmaison